ACCUEIL
GOSHIN BUDOKAI

Ohshima Sensei
Pratique des kata
Heian-shodan
Heian-nidan
Heian-sandan
Heian-yodan
Heian-godan
Ten-no-kata
Tekki
Tekki-shodan
Tekki-nidan
Tekki-sandan
Bassai
Kwanku ou Kanku
Empi
Jion
Gankaku
Hangetsu
Jutte ou Jitte

 CONSEILS POUR LE KATA

 

Par Tsutomu OHSHIMA Sensei

 

 

Kata : généralités

 

Les kata, qui sont aussi appelés formes, sont des ensembles de vingt à soixante techniques enchaînées qui représentent le combat contre plusieurs adversaires. Ils ont été créés dans le passé par des maîtres et des génies pour transmettre leurs idées et leur compréhension aux générations futures. Les kata comportent des cristaux de connaissance qui sont transmis par ordre descendant de senior à junior. Même si quelqu'un fait des erreurs en transmettant un kata, il en reste toujours quelque chose de la personne qui l'a créé.

Au début du Shotokan, tout le monde demandait à Maître Funakoshi combien de kata il connaissait, quel était le prochain et ainsi de suite. J'ai vécu la même chose quand j'ai commencé à enseigner en dehors du Japon. Beaucoup de gens venaient juste pour mémoriser l'ordre des kata. Ils m'ont demandé combien de kata je connaissais, et m'ont dit qu'ils connaissaient quelqu'un qui en savait 100. La même chose est arrivée à Maître Funakoshi quand il est allé à Tokyo et qu'il eut à dire qu'il en connaissait 60, 80 ou je ne sais combien exactement. Peut-être connaissait-il effectivement l'ordre de ces différentes formes, mais il savait aussi que l'objectif de la pratique des kata n'était pas de mémoriser l'ordre des formes ou de faire une collection de plusieurs ordres et variations. Il savait aussi que tous les experts, les maîtres d'Okinawa avant cette époque, ne connaissaient pour leur part qu'un petit nombre de kata. Et ils s'entraînèrent avec ce petit nombre toute leur vie durant. Par conséquent, la plupart d'entre eux n'en connaissaient seulement qu'un ou deux. Peut-être Maître Funakoshi était-il une exception. Peut-être en connaissait-il dix, voire moins. Mais avant de quitter les îles d'Okinawa, il avait rendu visite à ses amis et à beaucoup d'experts et rassemblé plusieurs kata, juste pour les présenter aux habitants de Tokyo quand il y était allé en 1922.

Quand il établit le Shotokan après plusieurs années, il dût être honnête avec ses élèves et dit alors que mémoriser l'ordre des kata n'était pas la vraie pratique des kata. C'est pourquoi, si vous ouvrez Karate-Do Kyohan de Maître Funakoshi, il présente comme une autocritique le fait d'avoir introduit beaucoup de kata différents à Tokyo. Certains de mes seniors sont extrêmement heureux de cumuler plusieurs kata différents et sont persuadés que c'est là la vraie pratique des kata. J'ai vu cela plusieurs fois.

Le problème est que, si vous connaissez 40 ou 50 kata, et même si vous pratiquez chacun d'eux seulement 2000 fois, vous avez toujours 100000 kata à faire. Un kata 2000 fois ne permet pas de maîtriser quoi que ce soit. C'est une mode que retenir beaucoup de kata mais Maître Funakoshi pensait que ce n'était pas la bonne voie pour la pratique du karaté.

Aussi je garde ses mots dans Karate-Do Kyohan, parce que j'ai eu la même expérience quand j'ai quitté le Japon. Maître Funakoshi disait que même nos 18 kata, cela était peut-être de trop. Si vous retenez l'ordre des formes et si vous en pratiquez un ou deux en tant que votre kata favori, c'est la bonne voie. Si vous pratiquez un kata de cinq à dix mille fois, vous commencerez seulement à le comprendre. Effectivement, cela m'a pris pas mal de temps pour comprendre les formes de Tekki. Je ne peux pas dire si cinq ou dix mille fois suffisent, mais seulement qu'il est insuffisant d'en faire moins.

Les kata étaient à l'origine la seule manière de pratiquer le karaté. Plus tard nous les avons divisés en techniques de base pour améliorer chaque posture, chaque mouvement de hanche, chaque blocage et attaque, ou pour apprendre comment frapper avec une jambe d'appui forte et ainsi de suite. Puis nous avons voulu pratiquer les kata avec des partenaires pour se préparer au combat réel, ainsi nous avons inventé les kumite. Mais toutes nos bases, tous nos kumite, tout vient des kata. Avec un kata on peut s'entraîner ensemble entre amis et on peut se pousser au-delà de ses propres limites. On peut également pratiquer des kata pendant plusieurs années, même si, parfois, on n'a pas envie de s'entraîner à quoi que se soit. Si vous mémorisez l'ordre d'un kata et si vous vous habituez à lui, si vous l'aimez, vous pouvez continuellement vous faire face et vous polir par la pratique des kata. Au-delà d'un certain âge, je suis sûr que les plus anciennes ceintures noires se rendent compte que sans la pratique des kata, ils ne pourraient plus continuer à pratiquer. De mon point de vue, il y a si longtemps que les kata existent dans le karaté en tant qu'art martial qu'on ne devrait pas inventer. Certaines exagérations de mouvements, extravagantes ou à la mode ne sont pas réalistes. Dans les années 40 ou 50, dans les dojos universitaires au Japon, la plupart des instructeurs avaient tout juste 20 ans. Même s'ils étaient valables en kumite, leur maturité en kata ne l'était pas. Il y eut aussi quelques incompréhensions et une mentalité théâtrale les conduisit à exagérer certains mouvements des kata. De nos jours il y a des compétitions de kata où l'appréciation n'est pas d'un bon niveau et où les mouvements sont souvent fait plus lentement ou plus rapidement pour impressionner les juges ou l'assistance. Par exemple, les premiers mouvements de Heian-yodan sont devenus de plus en plus lents. Quand j'ai appris ce kata, ces mouvements étaient à peine plus lents que ceux de Heian-nidan.

Nous devons nous rappeler clairement que chaque mouvement doit avant tout être réaliste. Nous ne pouvons pas apporter de modifications ou exagérer certains mouvements des kata pour impressionner le grand public. Les instructeurs doivent s'assurer que chaque mouvement du kata se conforme au livre de Maître Funakoshi et est exécuté exactement comme il l'indique. Mais vous serez surpris, il y a beaucoup de manques dans ces kata. Cependant, nous les pratiquons comme Maître Funakoshi l'a écrit dans son livre, avec les bonnes choses et les parties incomplètes, plusieurs milliers de fois jusqu'à ce que nous les comprenions vraiment bien. Ces notes utilisent Karate-Do Kyohan comme référence. Le nombre des mouvements ici correspondent au nombre de mouvement dans le livre du maître.

Le kata est un combat réaliste formalisé dans ses lignes exactes, aussi nous pouvons pratiquer chaque mouvement encore et encore. Nous devrions avoir des yeux stricts et forts pour nous regarder. Quel genre de posture sommes-nous en train de faire ? Dans quelle position est le pied arrière ? Si un adversaire balaye notre jambe avant, comment continuons-nous à combattre ? Et quand nous bloquons, est-ce réaliste devant un adversaire qui attaque avec des techniques particulières ? Quand nous exécutons une technique, est-ce la plus forte, le meilleur kime (énergie focalisée) que nous pouvons faire ? Même quand nous faisons le kata à plusieurs reprises, toujours dans les parties profondes de notre esprit, nous devons imaginer des situations de combat réalistes. Par exemple, combien de fois ai-je dit à quelqu'un de ne pas le faire, certains attaquent toujours avec les jambes ouvertes, l'estomac exposé, le cou exposé, le nez exposé, tous les points vitaux exposés.

Ainsi nous adoptons cette sorte de programme éducatif où nous devons toujours être conscients de ne pas exposer notre ligne centrale tout en restant sur la ligne. Le point le plus important à souligner est comment développer un esprit droit et fort avec les yeux. Regarder directement votre adversaire, pas de regard fuyant ou détourné. Ceci aidera à rendre l'esprit droit, fort et alerte. C'est pourquoi nous soulignons les yeux comme étant d'importance première. Quand nous trouvons les parties difficiles ou compliquées d'un kata, nous devons les répéter de nombreuses fois. Certaines parties du kata sont très faciles. D'autres sont très difficiles. Si certaines parties du kata vous rendent mal à l'aise, sélectionnez-les pour un entraînement spécial et répétez-les davantage par rapport aux parties faciles.

Nous nous observons toujours nous-mêmes pour nous rendre meilleurs. C'est le point important dans la pratique des kata. Le début du kata est le moment le plus important. Quand vous vous tenez en shizentai ou une autre forme de yoi, votre esprit doit être dans toutes les directions. En d'autres termes, vous n'avez aucune idée ou direction particulière, mais votre esprit est alerte. Puis, le moment ou vous commencez, votre sensation forte va au premier adversaire et vos yeux et hanches commencent à se déplacer dans cette direction. La première technique vient naturellement de ce premier mouvement. Et se rappeler que nous nous exerçons toujours pour une vraie situation ; j'espère que tous les seniors peuvent faire des kata pas simplement dans le dojo, mais n'importe où, où il y a de la place, sur un endroit rocailleux, boueux ou sur la plage. Naturellement, nous ne pouvons pas enseigner à des débutants dans un endroit rocailleux. Cette pratique est le projet personnel des seniors.

Quand nous répétons un kata, ce n'est pas simplement pour mémoriser l'ordre de la forme. Nous devons digérer chaque mouvement, et ceci prend au moins plusieurs milliers de fois. D'abord nous apprenons par cœur l'ordre du kata. Si vous le répétez 1000 fois, votre kata deviendra bien meilleur qu'avant. Si vous le faites 2000 fois, votre kata devient plus puissant, en même temps vous apprenez ce que nous faisons avec chaque technique. Si vous l'avez fait 3000 fois, votre kata semble meilleur avec des blocages, des attaques et des techniques de jambes efficaces et réalistes. Alors nous commençons à apprendre non seulement des blocages et des attaques réalistes, mais le rythme et le tempo, la lenteur, la rapidité, la dureté et la douceur et où nous contractons et défendons notre corps. Après 5000 fois, votre kata commence à devenir votre propre kata. Mais ce n'est pas tout, nous apprenons aussi comment respirer idéalement sans explication des instructeurs, chacun de nous découvrant pour nous-mêmes comment respirer correctement. Nous apprenons à faire le kiai -chaque kata en a habituellement deux- avec la respiration la plus forte du kata. Et après quelques années, nous commençons à sentir ce que les maîtres ou les experts qui ont inventé le kata sentaient. Nous commençons à sentir ce que ces génies, qui ont pratiqué pendant de très nombreuses années, essayèrent de nous transmettre. Et bien que nous suivions ce qu'ils nous disent à travers la pratique du kata, nous trouvons notre propre rythme, nos propres sensations, nos propres interprétations. Finalement, nous atteignons le niveau où nous pouvons exprimer notre meilleure énergie en force et en finesse dans le kata. Même si chacun de nous fait le même kata, sans rien changer, sans mouvement particulier, nous avons toujours notre propre kata. Je pense que c'est ainsi que nous devons pratiquer nos kata.

 

Kata Taikyoku

Taikyoku qui signifie la première cause ou la force originale dans l'univers, n'avait pas, à l'origine, une forme bien définie. Quelques-uns uns de mes seniors pensent qu'il est très important de pratiquer les kata de la série Taikyoku bien que je ne les fasse pas beaucoup. Maître Egami, un de mes seniors les plus respectés, estimait que les kata de la série Taikyoku étaient la forme idéale et devraient être pratiqués plus souvent.

Une de ses pratiques favorites était d'exécuter Taikyoku-shodan en quinze secondes, ce qui était une manière de courir. Comme avec beaucoup de choses dans le karaté, vous devez décider pour vous-même si ces formes très simples sont les plus convenables pour vous à pratiquer. Cependant, si vous sentez de cette façon, je propose que vous appreniez au moins un des kata avancés très bien. Le faire plus de 10000 fois avant que vous ne reveniez aux kata de la série Taikyoku.

 

Kata Heian

Heian signifie l'esprit paisible. Maître Funakoshi a estimé qu'après la maîtrise de ces formes, les pratiquants pourraient être confiants pour se défendre dans la plupart des situations. Le nom, esprit paisible, vient de ce sentiment de confiance. Les kata de la série Heian sont venus de Maître Anko Itosu au temps où il enseignait le karaté dans les écoles d'Okinawa.

Dans les années 1900, il a décidé qu'il était trop difficile pour ses élèves d'apprendre les kata qu'il connaissait ; ainsi il a développé les cinq kata plus simples qu'il a appelé Pinan. Les quatre derniers kata de Heian étaient un nouveau genre de forme quand Maître Itosu les a réorganisés mais je pense que Heian-shodan est réellement beaucoup plus ancien. J'ai vu par le passé un pratiquant chinois méridional démontrer un kata presque identique à Heian-shodan. Ainsi je suis sûr que les kata comme Heian-shodan ont existé depuis beaucoup d'années. Tous ceux qui pratiquent les kata comme ceux-là, partagent les mêmes racines. D'autres styles, y compris Wado-kai, Tang Soo Do et Taekwondo, les font exactement dans le même ordre. Ces kata viennent en ligne directe de Maître Funakoshi ou de Maître Itosu avant lui.

Quand Maître Funakoshi est allé au Japon, il a changé le nom de Pinan en Heian et a interverti l'ordre des deux premiers kata. Je ne sais pas pourquoi Heian-shodan était Pinan-nidan puisque Heian-shodan est évidemment une forme beaucoup plus simple. Il me semble très normal de suivre l'ordre de Maître Funakoshi.

Quand nous étudions les kata de la série des Heian, un aspect important à considérer est le rythme et la vitesse.

Lorsque nous commençons à pratiquer pour la première fois, d'abord nous sommes très maladroits, lents et avons de grandes difficultés pour maintenir une position forte et équilibrée. Plus tard, après une certaine pratique, nous sommes plus stables et nous sommes heureux de nous déplacer de plus en plus vite. En ce moment certains peuvent finir Heian-shodan en 16 secondes. Mais après que nous ayons commencé à pratiquer sérieusement, toujours en imaginant une vraie situation et acquérant l'expérience avec le kumite, nous nous rendons compte que la vitesse n'est pas objective, mais subjective.

En d'autres termes, la vitesse est le résultat d'une atmosphère particulière entre vous et votre adversaire. Les mentalités des gens, les émotions, la taille physique, le poids, au-delà des expériences et des personnalités, sont tous les éléments qui jouent dans la perception de la vitesse dans les mouvements physiques.

Chaque adversaire et observateur d'un kumite auront une impression très différente au sujet de la vitesse des mouvements. Votre vitesse actuelle est d'importance secondaire aux yeux de votre adversaire dans vos mouvements et déplacements. Les artistes d'arts martiaux antiques ont observé que la vitesse n'existe pas par elle-même. Les mouvements rapides semblent rapides par rapport aux mouvements lents. Cette compréhension de vitesse relative est illustrée particulièrement dans Heian-godan quand nous faisons quelques mouvements rapidement et d'autres mouvements lentement. Quand les gens débutent dans le karaté, ils peuvent commencer par n'importe quel kata de la série des Heian parce que les techniques sont toutes du même niveau. Le premier kata n'est pas nécessairement Heian-shodan. 


Retour à l'accueil