ACCUEIL
GOSHIN BUDOKAI

Ohshima Sensei
Kata : généralités
Pratique des kata
Heian-shodan
Heian-nidan
Heian-sandan
Heian-godan
Ten-no-kata
Tekki
Tekki-shodan
Tekki-nidan
Tekki-sandan
Bassai
Kwanku ou Kanku
Empi
Jion
Gankaku
Hangetsu
Jutte ou Jitte

CONSEILS POUR LE KATA

 

Par Tsutomu OHSHIMA Sensei

 

Heian-yodan

 

Le rythme ou la vitesse de Heian-yodan ne sont pas exactement les mêmes qu'il y a cinquante ou cent ans. à l'origine, le premier mouvement n'était pas lent, mais rapide comme dans Heian-nidan. C'est ce que Maître Watanabe m'a dit. Jusque dans les années 40, les gens exécutaient calmement, les mouvements d'ouverture de ce kata, morote-uke mains ouvertes, avec les deux mains qui bloquent rapidement. Puis les étudiants de Tokyo commencèrent à les faire de plus en plus lentement, quelques personnes les faisaient très lentement.

Je me souviens que quand j'ai commencé dans les années 40, les premiers mouvements étaient fait vraiment très lentement, avec un effet presque théâtral. La plus jeune génération pensait que c'était la bonne voie, mais les gens qui ont pratiqué avec Maître Funakoshi avant les années 40 disaient que ces premiers mouvements étaient faits à la même vitesse que les premiers mouvements de Heian-nidan. Par conséquent, nous devons essayer de faire ces mouvements à la vitesse originale - mais pas trop rapide non plus, surtout après le premier mouvement quand les mains descendent, avant de faire le deuxième mouvement. La vitesse, bien sûr, dépend de notre propre mentalité, de notre propre interprétation et de notre propre niveau de compréhension. Donc nous ne savons pas exactement comment faire rapide ou lent, mais nous devons être prudents, pour ne pas faire des mouvements artificiels, extrêmement lents.

Il y a beaucoup de techniques avec les mains ouvertes dans Heian-yodan. Quand nous ouvrons nos mains, c'est très facile de se casser doigts et pouces. Par conséquent, vous devez toujours avoir conscience de l'extrémité de chacun de vos doigts. Par exemple, dans les premiers mouvements du kata et, plus tard, quand vous faite shuto (tranchant de la main), votre respiration va toujours jusqu'au bout des doigts. Ne séparez pas vos doigts.

Quelques personnes, de la posture yoi, déplacent leurs mains un peu à droite avant de bloquer à gauche. C'est inexact. De la posture yoi, avec les mains devant les cuisses, déplacez-les directement à gauche pour bloquer. Après cela, les deux mains descendent puis remontent directement pour bloquer une attaque à droite. Une étude récente indique qu'il y a diverses possibilités. Ainsi la posture kokutsu dachi et le blocage sur le coté dans Heian-nidan, est une attaque avec les deux bras. Le blocage main ouverte dans Heian-yodan, ne peut pas ressembler à une attaque, mais ce pourrait être simultanément un blocage et une attaque avec les deux mains.

Quand vous exécutez uraken sur le côté (mouvement 6), le point important est l'aisselle du bras opposé. Cette aisselle n'est jamais ouverte et ne se déplace jamais, l'épaule ne monte jamais et la main qui fait hikite reste sur la hanche. C'est parce que yoko geri keage et uraken se connectent avec le côté opposé des hanches. Donc dans cette partie, l'aisselle devrait être serrée depuis le début, ainsi vous pouvez continuer doucement avec la bonne attaque du coude (mouvement 7). Ici, l'épaule devrait être basse, l'aisselle droite devrait être serrée et vous devriez pousser la hanche autant que vous pouvez. Les prochains mouvements (9 et 10) dans la direction opposée sont les mêmes.

Après avoir exécuté empi (mouvement 10) du côté droit, regardez et bloquez devant (mouvement 11). En premier lieu, la main droite couvre complètement votre visage contre une attaque du côté gauche. Alors changez pour bloquer avec la main gauche, faites un grand mouvement ample avec la main droite et venez devant avec le coude sur l'avant pour faire shuto (attaque du tranchant de la main) sur la tempe ou le cou de l'adversaire. Ne courbez pas le coude, étendez-le. Cette main droite fait un grand mouvement, mais ne va jamais derrière la ligne des épaules et commence à 90 degrés du point où vous attaquez avec shuto.

Les age uke main ouverte et shuto ne sont pas comme les mouvements amples de Kwanku. Cette fois, les épaules doivent être de face. Ne mettez pas l'épaule droite devant. Dans ce kime (pouvoir de concentration maximum), contractez les fessiers et raidissez les deux genoux. À ce moment-là, la main ouverte qui frappe se connecte avec votre posture et votre respiration passe par le tranchant de la main. L'aisselle aussi, est serrée. Parce que ce n'est pas un mouvement de balancement avec les hanches comme dans Kwanku, le kime doit être clairement connecté avec la posture. Je crois que l'inventeur de Heian-yodan voulait transmettre ce genre de kime, un des kime les plus efficaces où le tanden se connecte avec le corps entier.

Ces points ne sont pas complètement compris par les juniors, même au Japon, parce qu'ils ne comprennent pas le rendement ou l'efficacité de ce kime. Ces mouvements, bien qu'ils semblent raides et pas très impressionnants sont d'anciens points secrets qui sont transmis à travers le kata à la prochaine génération. La différence entre ce kime et le kime dans Kwanku doit être clairement expliquée comme une des compréhensions les plus importantes du kime.

Après shuto, nous exécutons mae geri (mouvement 12). En réalité, ce mae geri doit être fait en dedans de la main droite parce que la tête de votre adversaire est à gauche de votre shuto mais dans le kata nous donnons un coup de pied au-delà de la main. Juste après le coup de pied (dans mouvement 13), n'oubliez pas que la main gauche ouverte s'étend sur l'avant, avec la sensation d'attraper l'adversaire et le tirer vers vous. Quand vous le tirez, faites uraken de la main droite : ramenez-la à l'intérieur de la main gauche de bas en haut pour venir frapper le visage de l'adversaire. Vous finissez le poing au niveau de votre bouche en tirant simultanément votre main gauche à votre hanche (hikite). Fléchissez vos genoux, faite neko ashi dachi, ou la position du chat, avec le genou gauche qui touche le côté du genou droit, afin que vous puissiez vous arrêter.

Beaucoup de gens éliminent l'extension de la main gauche (où nous attrapons l'adversaire), nous bondissons et faisons uraken avec la main droite. Beaucoup de gens ouvrent aussi leur visage à l'adversaire pour faire uraken, balancez le bras sur le côté. Vous devez faire un mouvement ample avec la main droite, cachez votre visage avec votre coude et balancez par dessus avant de descendre avec uraken. Ce sont des mouvements tout à fait réalistes quand vous bondissez et attrapez l'adversaire pour faire uraken au visage. Nous ne devrions pas éliminer ou faire des changements à ces mouvements forts et efficaces.

Après ce mouvement, après avoir tourné sur l'arrière en kokutsu, les mains ouvertes se referment en forme de poings qui s'arrêtent au niveau des épaules. Les deux mains bloquent pour faire kakiwake (mouvement 14). C'est une des techniques de dégagement que tout le monde peut appliquer dans une vraie situation quand l'adversaire vous attrape au col. Ouvrez les deux bras et gardez les coudes le plus près possible du corps et connectez les poignets avec les hanches. Pensez à garder les coudes sur la ligne du corps et exécuter cette technique seulement au moment l'adversaire commence à vous saisir mais avant qu'il ne vous tienne vraiment fortement.

Après kakiwake, quand vous exécutez mae geri (mouvement 15), pendant que vous frappez, les deux mains restent où elles sont. Ne retirez pas les mains jusqu'à l'exécution d'un bon maete, quand la main gauche revient à la hanche gauche (hikite).

Les juniors commencent à coordonner les jambes et les bras quand ils frappent (pied-poing) avec mae geri - maete (mouvements 15-17 et 19-21). Vous devez faire mae geri - maete beaucoup de fois, et ne faite pas les deux mouvements séparément, surtout dans votre respiration. Juste après mae geri, n'arrêtez pas et faites maete. Après la technique de jambe, juste avant de reposer le pied par terre, vous devez toujours faire maete avec un mouvement de hanche dynamique.

Après le dernier morote uke (double blocage), quand vous attrapez la tête de l'adversaire avec les mains ouvertes (mouvement 25), ne courbez pas vos doigts. Étendez-les tout droit et tirez vers le bas en fermant les poings.

Beaucoup de gens passent en zenkutsu quand ils saisissent la tête de l'adversaire mais dans Karaté-do Kyohan, Maître Funakoshi n'a pas indiqué de changement de kokutsu en zenkutsu au début de ce mouvement. En kokutsu, attrapez la tête de l'adversaire. Alors les hanches passent sur l'avant avec simultanément l'attaque du genou au visage de l'adversaire. Ces parties ont changé dans le dernier demi-siècle en partie parce que c'est plus facile pour les débutants de passer en zenkutsu avant de frapper avec le genou. Mais ce mouvement des bras doit être exécuté sans changer votre position ou s'appuyer vers votre adversaire. Il n'y a pas de temps pour faire le zenkutsu. Puis vous passez dans la posture avant, baissez les mains et montez le genou plus haut que les poings. Dans ce mouvement vous tenez la tête de l'adversaire ou ses cheveux et frappez avec votre genou droit. Avec une petite personne contre une grande personne, cette technique est, bien sûr, très irréaliste. Cependant, si la position de l'adversaire est très basse ou s'il s'appuie sur l'avant et que son visage descend, vous pouvez attaquer avec le genou. Ou, si l'adversaire se trouve plus haut, vous pouvez encore bondir comme un coup de pied double, et peut-être momentanément debout sur la hanche de l'adversaire pendant que vous tenez sa tête et attaquez avec le genou opposé. Ce sont deux possibilités sur lesquelles vous pouvez réfléchir : utilisez le genou comme un coup de pied réaliste.

Quand vous faites Heian-yodan, accentuez clairement la différence entre kokutsu et zenkutsu.


Retour à l'accueil